Accueil » Classe Mini » Courses Classe Mini » Actus Mini Transat » La Mini Transat au départ et des skippers toujours en quête de budget

La Mini Transat au départ et des skippers toujours en quête de budget

Les 84 Minis 6.50 sont bien amarrés aux pontons, mais une partie des navigateurs cherchent toujours à boucler leur budget. Dur de renoncer à prendre le départ, même s’il manque des sous pour ramener le bateau en cargo tellement ils ont travaillé pour vivre cette course. Et pourquoi pas arriver à séduire sur le ponton un partenaire de dernière minute ?

Village de course à Port Rhu. Douarnenez jeudi 3 octobre 2013 avec 84 Minis 6.50 au rendez-vous fixé par Douarnenez Courses.
Village de course à Port Rhu. Douarnenez jeudi 3 octobre 2013 avec 84 Minis 6.50 au rendez-vous fixé par Douarnenez Courses.

La débrouille, la prédominance, en nombre, des projets amateurs sur ceux de skippers professionnels, et les professionnels qui tordent le budget dans tous les sens en oubliant même de se payer, ces éléménets ont oujours fait partie de l’ADN de la Mini Transat. Alors que le village départ a ouvert ses portes à Port Rhu, la recherche de partenaires continue pour de nombreux skippers.

Pas de partenaires titre mais des Trophées

Boite de sardines aux couleurs de la Mini Transat 2013.
Boite de sardines aux couleurs de la Mini Transat 2013.

L’équation budgétaire est aussi une préoccupation pour l’organisateur de course. Pour cette édition 2013, Douarnenez Courses n’a pour l’instant pas réussi à convaincre une entreprise d’adosser son nom à celui de la Mini Transat. Appelé « partenaire titre », on connaît les succès pour la Transat Jacques Vabre, la Volvo Ocean Race et Krys Ocean Race, ceux où le nouveau partenaire à parfois du mal à s’imposer comme la Solitaire du Figaro-Bompard Cashmire, le Spi Ouest France-Intermaché, et on pourrait parler d’échec pour la Route du Rhum où la Banque Postale a décidé de se retirer. Même pour Louis Vuitton, dont la Coupe qui désigne le challenger de l’America’s Cup, a décidé de ranger ses valises, alors que la marque luxe accompagnait sur tous les océans le plus vieux trophée sportif du monde. L’issue incertaine de l’adossement de la marque du partenaire au nom de la course, ou la hauteur du ticket d’entrée, rendent le projet assez complexe. Malgré cela l’organisation a réussi à convaincre des entreprises à donner leur nom à des trophées. Le Trophée Cegelec-Eurovia sera remis au vainqueur de la Mini Transat dans la catégorie Prototype, alors que le Trophée Yslab récompensera celui en Série. Air Caraïbes porte un troisième trophée plus original pour la meilleure performance sur 24 heures.

L’équation budgétaire des Ministes

Naviguer n’est pas le seul travail d’un skipper, il doit veiller aussi au financement de ses courses voire de son activité s’il est professionnel. Les skippers dont le projet est porté totalement par un sponsor et qui arrivent à en dégager un salaire sont minoritaires dans le circuit de la Classe Mini. L’auto-financement, les emprunts aux proches, et les petits jobs à côté pour assurer l’alimentaire sont plutôt légions. Après une campagne de Mini Transat, il faut parfois plusieurs années pour s’en remettre sur le plan financier. Parce que l’attrait de la course est la plus forte, parce que l’on espère convaincre des partenaires avec des résultats à la clé, parce qu’il est très difficile d’y renoncer après avoir fait tout ce qu’il fallait pour être amarré au ponton à l’ouverture du village de course.

Après plusieurs années difficiles, Bertrand Delesnes a réussi à convaincre Teamwork de repartir sur un projet Prototype, à côté de celui en Série pour la navigatrice suissesse Justine Mettraux. Un vrai confort que le skipper savoure en cette saison. Après un début de saison un peu compliqué, suite au grand chantier mené sur son plan Manuard n°754 (nouveau mât, évolution du pont), il a enchaîné les podiums en solitaire : troisième au Trophée MAP et deuxième, pour 52 secondes, à la Transagacogne, en remportant l’étape retour entre Luanco et Port Bourgenay.

Dépasser le premier cercle

Le démarchage des entreprises reste le moyen privilégié pour trouver un partenaire à la hauteur des besoins de financement d’une Mini Transat (30 000 € idéalement). Mais de nombreux skippers ont tenté d’autres techniques. Le cercle familial et amical de premier niveau est assez régulièrement sollicité. Pour y mettre un aspect un peu ludique, Clément Bouyssou, qui part pour une deuxième Mini Transat sur son Pogo 2 504-No War, a choisi d’organiser une tombola au printemps, récoltant ainsi 5000 euros. Pour essayer de dépasser ces soutiens de particuliers de premier degré, un bon nombre de skippers ont initié des campagnes de crowfunding. Avec plus ou moins de succès, notamment en fonction de la somme déclarée pour le projet, ces initiatives demandent de réfléchir à des contre-parties, inclure la commission de la plate-forme. Certains skippers poursuivent encore quelques heures leurs campagnes comme Annabelle Boudinot, 791-Agro650.org, et Julien Pulvé, 802-Mext. « Des gens avec qui j’étais en contact depuis un bon moment, viennent de se décider à participer avec cette dernière campagne. J’ai surtout l’impression que le « dernière minute » devient un mode de vie », précise Annabelle Boudinot, à qui il ne manquait à peine 540 euros pour atteindre son objectif de collecte.

Quant à Louis Segré, suite à l’opération proposée par le biais de son site il a collé ses poulets, comme promis dès ce vendredi 4 octobre. Une trentaine ornent la coque de son Proto Manuard 679-Roll my chicken, à côté d’un sponsor de dernier minute.

Une fois les amarres largués le 13 octobre 2013, cette question du budget restera le temps de la navigation derrière eux. Coupés de la terre ferme, en ayant pour seul moyen de communication que la VHF, il est impossible de toute façon de faire avancer directement le dossier. Sa plus grande force pour convaincre sera de faire sa course, et de montrer qu’il peut-être un atout pour l’image des partenaires.

Quelques poulets collés sur la coque du Proto 679-Roll My Chicken suite à l'opération menée par son skipper Louis Segré.
Quelques poulets collés sur la coque du Proto 679-Roll My Chicken suite à l’opération menée par son skipper Louis Segré.

A propos de La rédaction

Check Also

Michel Sastre 835-Dame Argo remporte la Mini Golfe 2016

La remise des prix qui se déroulera à 16h00 ce dimanche 6 mars 2016 confirmera ...