Accueil » A la découverte de » Balade dans la nouvelle génération Imoca

Balade dans la nouvelle génération Imoca

Hier c’était presque relâche pour notre envoyée spéciale au Havre pour la Transat Jacques Vabre. Non pas l’idée de bouder les Class40, d’ailleurs il y a eu quelques interviews, que nous allons vous retransmettre bientôt sous une forme ou une autre, mais plus de profiter de la casquette Twailor (personne qui tweete sur la voile) pour ouvrir l’horizon et assouvir une grande curiosité. Un peu hasard du calendrier, cette journée de jeudi était sous le signe de la nouvelle génération d’Imoca à dérive foilées puisque le midi c’était visite de Voile Banque Populaire avec Armel Le Cléac’h lui même suivi d’une bonne discussion lors du déjeuner, et à 16h00 celle de Safran Sailing Team, le sister-ship (ils ont la même coque).
Ces machines sont plutôt des Prototype Mini à échelle 3, avec l’informatique embarquée en plus. C’était assez particulier de visiter le même jour les deux voiliers disposant de la même coque, car les aménagements du cockpit et de la cabine fait à la main du skipper sont radicalement différents : tout centré sur le voilier bleu clair (Safran) (piano, table à carte fixe, seulement pivotante…) tandis que sur le bleu foncé, le skipper a préféré placer le piano en latéral. Interdiction de prendre des photos dans la cabine sur Banque Pop VIII, marquée habillement au logo et nom du sponsor pour être sûr de ne pas le louper dans le cadrage des interviews en visio lors des courses. Les trappes vers la soute à voile étant fermées nous n’avons pu jeter un coup d’œil derrière. Côté Safran, c’est le jeu de la transparence sur cette partie, où nous avons pu vérifier la présence d’un puit de dérive foilé unique transversal. Ce qui rassemble les deux voiliers, c’est qu’ils ont choisi de laisser la coque à nue, pas de faux plancher, mais l’unique épaisseur de quelques millimètres entre nos pieds et l’eau.
Nouvelle jauge oblige, c’est le mât standardisé et la quille monotype dont sont dotés les nouveaux voiliers, ce qui les alourdis forcément face à la génération précédente. Face à Vincent Riou – PRB – Vendée Globe, reconnu comme le plus léger même si son poids exacte reste secret, c’est pas moins de 800 kilos qu’ils concèdent. Avec les autres voiliers, il s’agirait plutôt de 500 à 300 kilos en plus. Ils espèrent donc vraiment récupérer l’avantage avec les foils, qui ne peuvent pas faire doublons avec les dérives, puisque seuls 5 appendices sont aujourd’hui autorisés. Soulevant la coque à l’avant, à l’image des surfs observables en Mini, le foil aurait l’avantage d’amortir le planté dans la vague, d’après l’équipe de Safran. Ils n’y voient pas par contre une augmentation du risque face aux ofnis, avec cette surface supplémentaire à l’extérieur.
Par contre Safran qui avait fait le choix pour son voilier précédent d’un mât à barres de flèches, a conclu que là, avec la nouvelle jauge et le mât standardisé, la version outrigger est la plus avantageuse.
La Transat Jacques Vabre va permettre de faire un test in-vivo de cette nouvelle technologie. C’est au retour en France, après la B to B, si tout se passe bien tant le planning est serré, que se fera le choix définitif de configuration pour le Vendée Globe 2016. Sur le Mono Banque Pop VIII, le puit de dérives foilées actuel peut être adapté en puit de dérives classiques. Les équipes des voiliers de précédentes générations auront aussi à faire le choix ou non de passer aux dérives foilées, le cabinet VPLP n’aura plus d’exclusivité avec les équipes des nouveaux voiliers.
Quant aux safrans porteurs, eux ils sont strictement interdits dans la jauge Imoca.

Du côté des nouveautés anecdotiques sur Banque Pop VIII, dans une jauge qui ne prévoit pas de contrainte d’embarquement de liquides (en minimium ni en maximum), se trouve à côté de la cuisine (très rudimentaire) une machine à fabriquer des boissons gazeuses pour éviter d’embarquer un certain nombre de bouteilles de cola, que le skipper affectionne à boire en mer. La chasse au poids se glisse souvent dans les détails au très haut niveau.

En bonus petit retour en photo sur le baptême du trimaran Macif Solidarité Mer, où Sailors & Races était un témoin privilégié du bon côté de la barrière.

Séquence en 9 images du baptême Trimaran @[221325414598759:274:Macif Solidarité Mer] de @[363218740424713:274:François Gabart] le dimanche 18 octobre 2015 au bassin Paul Vatine, pendant le village départ @[171552546246880:274:Transat Jacques Vabre]
Les nouveaux @[50369695960:274:IMOCA Ocean Masters] au village de la @[171552546246880:274:Transat Jacques Vabre], jeudi 22 octobre 2015. Tous des plan VPLP-Verdier.

A propos de La rédaction

Check Also

Déjà 8 Class40 inscrits à la Transat Québec – Saint-Malo

La liste des inscrits à la Transat Québec St-Malo se remplie pour les Class40 : avec les ...