Accueil » Actualités courses » Bons départs sur Lorient BSM et GPI pour les Minis 6.50 !

Bons départs sur Lorient BSM et GPI pour les Minis 6.50 !

Jour J de départ pour 96 Minis ce samedi 9 avril 2015 ! Le Gran Premio d’Italia Mini 6.50 en Méditerranée au départ et à l’arrivée de Gênes en accueille 21 (5 Protos et 16 Séries) et la Lorient BSM, au départ et à l’arrivée de Lorient pour sa 3e édition va en avoir 74 sur la ligne de départ (13 Protos et 61 Séries). De chaque côté, des forfaits de dernière minute en a réduit le nombre.

Les 74 Minis 6.50 se préparent à prendre le départ sur la Lorient BSM, samedi 9 avril 2016. © Adrien François
Les 74 Minis 6.50 se préparent à prendre le départ sur la Lorient BSM, samedi 9 avril 2016. © Adrien François

A Lorient, lors du briefing météo l’organisateur Lorient Grand Large, via son directeur de course, Mathias Louarn, a confirmé le choix du parcours n°3 pour cette édition 2016. Ce dernier avait été publié dans un avenant en fin de matinée ce vendredi. Conditions de vent soutenues voire musclées avec de la mer présentant une bonne houle de 2 à 3 mètres, voire 4 mètres le plus au nord, du côté des Glénan, ont motivé cette décision. A la veille du départ quelques duos 100 % bizuths avouaient que si leur bateau était prêt, les marins eux ressentaient une bonne dose d’appréhension avant de s’élancer pour leur première course sur le circuit Mini, aussi en raison de la présence une flotte aussi importante au départ.

C’est une ligne de départ de 600 mètres qui a été installée par le comité de course pour éviter justement l’impression de trafic en période de pointe sur périphérique parisienne en rade de Lorient à 13h00 quand le départ est donné. Cela n’a pas hélas permis d’éviter toute collision : trois duos sont ainsi rentrés au port peu après le départ avec des dégâts en particulier dans les étraves. Gaël Durand et Benoît Patra sur 692-Diaoulic ont été victimes de leur bastaque qui s’est coincée, ne leur permettant plus d’éviter la collision avec le 899-Quasar mené par Cédric Faron et Thomas Gauthier. Ce dernier était à la barre : « j’avais un bateau à côté, je n’ai rien pu faire, on se l’est pris de plein fouet sur l’étrave. » Sur 911-NED 911 James Shead et Bas Hoekstra c’est l’écoute de grand voile qui s’est bloquée ne lui permettant pas d’éviter un autre concurrent qu’il n’a pas identifié et qui a poursuivi la course. Le dernier Ofcet 6.50 sorti du Chantier OFCET depuis seulement quelques jours présent pour sa part un trou au niveau de la ligne de flotaison. Il y a forcément la déception pour les trois tandems d’être contraints aussi tôt à l’abandon.

Des favoris et surtout des outsiders

Le parcours de 141 milles semble particulièrement taillé pour Ian Lipinski et Davy Beaudart et leur 865-Griffon. Simon Koster 888-Eight cube avouait qu’il n’avait pas eu l’occasion de renaviguer une seule fois sur son Mini depuis l’arrivée en Guadeloupe. C’est seulement cette semaine qui le plan Mer Forte-Mousselon a été remis à l’eau et qu’il lui serait compliqué en compagnie de Peter Lucius de prétendre tenir la cadence du plan Raison. Pour Axel Tréhin et Luke Berry , ce dernier tour de régate à bord de leurs anciens Prototypes en compagnie des nouveaux propriétaires serait l’occasion de se tirer la bourre, mais sans grand espoir de rivaliser avec le Maximum si les prévisions météorologiques se confirment.

Du côté des Séries, avec le renouvellement des skippers et la présence massive des derniers modèles homologués (12 Pogo 3 et 8 Ofcet 6.50) pourrait laisser entrevoir un podium, voire plus, 100% avec des numéros supérieurs au 865. Parmi les plus récents, Charly Fernbach classe mini 650 Transat 2015 Pogo3 Hénaff qui s’est associé à Benoit Hantzperg pour sa première sur la Lorient BSM avec son Pogo 3 869-Le Fauffiffon Hénaff fait figure de grand favori suite aux milles engrangés par les deux marins sur le Pogo 3 à l’occasion de leurs campagnes Mini Transat 2015. A côté, il y a des skippers aux CV nautiques solides : comme Jonas Gerckens accompagné du propriétaire de son 882-Volvo, Albert Lagneaux, ou encore Rémi Auburn, maître voilier chez All Purpose, qui accompagne Aurélien Poisson dans ses débuts en Mini sur le 868-Alternative Sailing, et Erwan Tymen dans le même rôle avec Tanguy Bouroullec sur le 909-Pogo Partners. Quand au duo Erwan Le Draoulec – Skipper Emile Henry et Jean-Marie Oger, il s’est plusieurs fois entraîné sur le 895-Emile Henry. Du côté de l’Ofcet 6.50, Henri Patou fait équipe avec l’architecte Etienne Bertrand pour sa nouvelle campagne Mini Transat sur le 890-Nautiscan3D. Victor Barriquand qui a repris le voilier vainqueur de la Mini Transat le 866-Coco, et accompagné par Pierre-Baptiste Pion sur cette course aurait déjà trouvé le mode d’emploi d’après les dires de ses collègues d’entraînement. Sur le 889-Knops Benoît Lacroix a sollicité Paul-Henri Schipman pour cette première course en Mini. Et pourquoi pas une surprise ?

Les courses sont lancées

Reste 71 Minis en course sur cette édition 2016. Bataille de bord vers les Glénan. Samedi 9 avril à 15h45.
Reste 71 Minis en course sur cette édition 2016. Bataille de bord vers les Glénan. Samedi 9 avril à 15h45.

Avant le départ le 719-Señor Blue a fait un retour rapide au port, mais Nick Joyce et Nicolas Boidevézi ont pu couper la ligne avant la fermeture et réintégrer la flotte. Après 3 heures de courses, le plan Bertrand figure déjà en 6e place Proto. Pour le départ la première procédure a été la bonne avec tout de même trois rappels individuels. Rapidement le favori de chaque catégorie s’est porté aux avant-postes. Charly Fernbach et Benoit Hantzperg sur le 869 ont passé en premier la bouée de dégagement placé à 1,5 milles de la ligne de départ, suivi par le duo du 865 Ian Lipinski et Davy Beaudart. Sur le plan Raison, ces derniers semblaient déjà prendre la poudre d’escampette après avoir contourner la marque « Les Chats ». Le leader Série lui devait faire face à la chasse de quatre autres Pogo 3. Comme cela était attendu, les Minis ont poursuivi leur cap au sud-ouest avant d’empanner pour remonter au nord vers les Glénan, où se situent les marques suivantes du parcours.
Avec du vent d’ouest qui va basculer au sud-ouest d’ici à ce soir, il faut tirer des bords pour rejoindre l’archipel qui représente la partie la plus au nord du parcours de cette édition 2016.

La cartographie du Gran Premio d'Italia. Avec les traces des deux leaders à ce moment-là. Samedi 9 avril 2016 à 16h30.
La cartographie du Gran Premio d’Italia. Avec les traces des deux leaders à ce moment-là. Samedi 9 avril 2016 à 16h30.

Bon départ également du côté de l’Italie, où les concurrents s’élancent pour une partie plus longue, avec un tour de Corse. C’est le sens anti-horaire qui a été retenu pour cette édition 2016. L’option a la côte était payante dans les premières heures pour permettre au duo Emanuele Grassi Progetto Transat et Andrea Rossi sur 603-Penelope de prendre la tête en Série. Tandis que le leader Proto Alberto Bona et Tommaso Stella sur 756-Promostudi la spécial sont eux plus au large. Plus de 500 milles à parcourir avant de revenir à Gênes, pour les 21 Minis 6.50 engagés en Méditerranée.

A propos de Carole Astier

Présentation Carole Astier Le journalisme est une vraie vocation. Influencée par un grand-père qui rêvait être journaliste, j'ai pris la tangente dès qu'elle s'est présentée lors de mes études en biologie. Une simple affiche « L'ESJ Lille recrute : devenez Journaliste Scientifique ». Le bac +4 indispensable en poche, c'est à l'ESJ Lille et à l'USTL que j'apprends ce métier. Promotion JS7 (Journaliste et Scientifique) alias Promotion ESJ 74 (sortie juin 2000). Pour les stages lors de la scolarité pas de surprise : l'agence aixoise de La Provence, la ville du Cour Mirabeau où j'ai usé mes fonds de culotte en secondaire, et France Football, car déjà mon attrait pour le journalisme sportif avait été perçu par les encadrants de la formation. Le bouclage du numéro parution le vendredi, le soir de la reprise de Ronaldo (le Brésilien) et de la victoire surprise de Calais sur Bordeaux en demie-finale de la Coupe de France 2000 reste encore mon plus beau souvenir de bouclage. Pour obtenir ma première carte de presse, je travaille dans une toute petite rédaction de la presse informatique professionnelle verticale (SI assurance et SI secteur santé). L'opportunité de toucher à tous les types rédactionnels, d'assez rapidement prendre en main la réalisation de grands dossiers. Je participe aussi à la naissance de deux nouveaux magazines au sein de la rédaction, abordant l'aspect maquette, charte graphique, et tout l'aspect de la chaîne graphique. Puis je dégote des piges, pour un journal orienté « plateaux techniques », qui permet de sortir du champs du seul système d'information, et de parler de plus en plus de la pratique médicale. Expérience très enrichissante de la création d'une lettre d'information pour une association de médecins spécialistes. Puis la présence au départ d'une course de Class40 : la Solidaire du Chocolat, des rencontres avec les skippers assez faciles, l'absence d'articles sur le sujet, me font tenter un blog. Après une tentative personnelle sur twitter dès 2009, je décide d'y revenir avec une visée uniquement professionnelle, et je découvre le plaisir de faire du direct avec le Live Tweet, et l'un des meilleurs moyens pour se faire son réseau à distance quand on n'a pas la chance d'habiter près de la mer et de ne pas être du sérail. Le blog est plutôt gagnant : des visites, de la matière, et des bons retour côté skippers. Alors mûrit la volonté de faire plus... et ça devient Sailors & Races. Quel est le comble du journaliste de terrain ? Malgré la grande curiosité, être très intimidé face aux personnes inconnues avec qui il n'a pas convenu de rendez-vous au préalable, mais être capable de se lancer dans un projet de portail multimedia en solo, en chargeant la barque en ajoutant une autre catégorie de voilier, mais il était impossible de passer à côté de la Mini Transat 2013. Malgré quelques expériences de navigation adolescente, je revendique la posture du non-pratiquant. Comme j'ai couvert les systèmes d'information en étant juste une utilisatrice un peu éclairée, comme j'ai traité d'une chirurgie très pointue en ayant que mon bagage de maitrise de biochimie option nutrition pour principale base, je découvre les différents aspects de la navigation au fur et à mesure. Peut-être le meilleur moyen de savoir rester à distance pour garder le grand public comme l'une des cibles. Aucune arrogance vis à vis des confrères et autres titres en pensant faire mieux, mais juste l'idée qu'il y a de la place pour quelque chose de différent. Et avoir le luxe de pouvoir prendre le temps de mettre les choses en place, en suivant mon projet initial.

Check Also

Les Ministes de l’Atlantique préparent leur programme de course

Dès demain, samedi 5 mars 2016, la saison Classe MINI sera lancée en Méditerranée avec ...