Actus SAS

janvier, 2016

  • 21 janvier

    L’association Les Sables d’Olonne Vendée course au large parée pour la saison 2016

    Moment important la vie d’une association, le renouvellement du conseil d’administration et l’élection du bureau (modalités suivant ses statuts). Pour Les Sables d’Olonne Vendée Course au Large, Fabrice Guyont rempile comme président et sera épaulé par Guillaume Le Fur (vice-président), Guillaume Hauser (trésorier) et Amandine Jouannetaud (secrétaire). Parmi les gros dossier de cette année 2016, l’organisation de Les sables Lesaçores ...

août, 2014

  • 12 août

    Giancarlo Pedote s’adjuge la SAS 2014

    Retrouvailles sur le ponton du Vendée Globe pour les deux premiers Prototypes de cette seconde partie de Les sables Lesaçores Les sables. A gauche le deuxième de l'étape retour et à droite le vainqueur (avant jury). Pour le classement général Prototype il faut inverser les positions. Il y avait donc de quoi célébrer pour Giancarlo Pedote 747-Prysmian et Nicolas Boidevézi - coureur au large 719-ImaginAlsace.
    Lors de la première nuit de cette étape retour le skipper italien rencontre quelques soucis : « J'ai eu le sentiment que le bateau ne se comportait pas très bien sous pilote. C'était en fait ma fausse mèche de safran qui s'était dévissée. Il a fallu que je détecte l'origine de la panne et que je répare. Ensuite, j'ai dû réinitialiser le pilote. Heureusement je connaissais la procédure. Mais du même coup, Nico m'avait dépassé… », raconte-t-il. Ensuite il n'a pas voulu prendre de risques, pour lui inconsidérés, pour tenter de rattraper le plan Bertrand.
    Le skipper italien qui avait moins subi la pétole à son arrivée sur Horta que bien d'autres concurrents de la course, a connu l'attente en baie des Sables d'Olonne, mettant bien deux heures à parcourir les derniers milles.
    Si Giancarlo Pedote a peut-être laissé échapper la victoire sur cette étape retour et faire le grand chelem sur la saison, c'est tout de même sa première épreuve du grand large qu'il accroche à son palmarès en remportant cette édition 2014 en 12 jours 23 heures 44 minutes et 46 secondes. « C'est vraiment une belle victoire. Surtout, je me suis aperçu que j'avais gagné pas mal de confiance. Quand j'ai eu mon souci de pilote, je n'ai pas paniqué, j'ai réussi à rester serein. Depuis la Mini Transat, j'ai eu le temps de comprendre qu'une course au large comporte une part d'aléatoire. Je ne me suis pas énervé, j'ai réparé. Dans ce domaine, je crois que j'ai vraiment progressé. »
    Le passage de la ligne d'arrivée à 20h00min16s ce mardi soir, lui garanti le titre de Champion de France -Promotion- Course au large en solitaire et de réaliser un doublé 2013-2014.
    Si Nicolas Boidevézi a annoncé qu'il avait certainement participé à sa dernière course sur le circuit Mini, il pourrait en être de même pour le skipper du Magnum. Il y a des grandes chances qu'il soit au départ de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe sur un Class40. Certes, son nom n'apparaît pas sur la dernière liste des inscrits fin juillet, mais il a participé à La Qualif Solidaire Record SNSM au mois de juin.
    Un dernier point commun entre ces deux skippers : l'ambition affichée d'être au départ du prochain Vendée Globe, en novembre 2016. Ces bons résultats ne peuvent que s'inscrire en positif pour convaincre les partenaires indispensables.


    2014 SAS Arrivée SAS Proto
    Classe mini / Les Sables-Les Açores-Les Sables 2014 / Arrivée aux Sables d'Olonnes Giancarlo Pedote / Proto 747 Breschi /breschi-photo-video.com — at Les sables Lesaçores Les sables.

  • 12 août

    Quand arrivée rime avec attente

    Malgré les logiciels de routage sophistiqués et les fichiers météorologiques de plus en plus pointus, l'ETA (heure d'arrivée estimée) reste une science très peu exacte, voire l'une des plus incertaines. La faute est souvent multiple : les petits évènements climatiques locaux, plus difficile à prendre en compte, les polaires pas toujours optimales, à la bonne voile qui manque… Certes plus souvent, les observateurs ont l'impression que les marins aiment à se faire désirer plutôt qu'à bousculer nos organisations, parfois millimétrées, pour arriver en temps et en heure sur les pontons. La deuxième option arrive aussi, il suffit de se souvenir de l'arrivée de la dernière Transat Québec - Saint-Malo pour les Class40. Lors de la vacation de la veille, l'organisation avait évoqué le vendredi vers 22H. Poussés par le vent le long de la Bretagne Nord c'est le vendredi matin, que Halvard Mabire and Miranda Merron Sailing team avec Christian Bouroullec sur Campagne de France avaient coupé la ligne d'arrivée. Pour la famille, les partenaires, les amis, mieux vaut attendre un peu les marins que de louper leurs arrivées.
    Le bal des retour au port, avec toutes les émotions qui vont avec, va s'ouvrir d'ici peu pour Les sables Lesaçores Les sables. Le ponton du Vendée Globe va, dans un premier temps progressivement, se remplir de Minis. Ils sont 30, sur les 33 partants, attendus dans la cité vendéenne.
    En approche des Sables d'Olonne, Nicolas Boidevézi - coureur au large 719-ImaginAlsace devrait donc signer un doublé sur cette deuxième étape après son succès remporté aussi entre Horta et Les Sables d'Olonne en 2012. Et cela sera de nouveau une arrivée de jour !
    Les solitaires poursuivent leurs progressions vers la côte français, mais une perturbation accompagnée d'une jolie bulle sans vent remonte la flotte et fait chuter un peu les vitesses. Au tableau des évolutions de classement, Ian Lipinski 866-Entreprise(s) Innovante(s) est passé ce matin en quatrième place Proto, devançant toujours le leader des Séries, Tanguy Le Turquais - navigateur 835-Terreal Rêves d'enfance. Mais Ludovic mechin navigateur 667-MicroVitae qui navigue depuis mais sur le voilier vainqueur de la Mini Transat ne compte pas se laisser faire, puisqu'il dispose seulement de 3 milles de retard au classement de 14h00. Malgré son anniversaire Damien Audrain - En Mer 586-EPC Rêves de Clown n'est pas vraiment à la fête. Avec la casse d'une de ses barres de flèches dans la première partie de cette étape retour, son mât est très fragilisé et déjà rejoindre Les Sables d'Olonne sera une bonne première satisfaction. Après Genolier 6.50 Health Transat / GSMN & Patrick Girod 824-Nescens ce matin, c'est au tour de Quentin Vlamynck - Objectif Mini Transat 2015 d'arriver à le passer en ce début d'après-midi. Damien occupe ainsi la huitième place Série à 330 milles de l'arrivée. Même sanction pour Hervé Aubry 836-Voilerie HSD qui poursuit sa course avec un seul safran et sous-toilé pour être plus à plat. Cela profite à François Denis 518-So Boat et à Christophe Fialon 330-Oryx qui se retrouve à la porte du Top 10 avec son Super-Câlin un Série de première génération.
    Petit souci de balise de positionnement pour Sébastien Pebelier Skipper Mini Transat 2015 : laminidu56.fr 660-Mademoiselle Iodée dont la batterie est déchargée. Il n'est donc pas localisé pour l'instant sur la cartographie. Un bateau accompagnateur se dirige vers lui et lui en donnera une nouvelle pour sa fin de course. Il était au contact avec la Britannique LizzyOffshoreRacing 633-Hudson Wight. Dans la matinée le classement avait montré que la navigatrice avait réussi à prendre l'ascendant pour la 16ème place. Est-ce que cela sera confirmé lorsque l'on retrouvera le skipper du Mini rose sur la cartographie.
    Dans quelques minutes : la ligne d'arrivée pour Nicolas Boidevézi qui sera suivi d'une remontée triomphale du chenal. Nul doute que le skipper aura encore plus d'envie après cette course de mener à bien son projet d'être au départ du Vendée Globe en novembre 2016, pour porter haut les couleurs de son Alsace natale.


  • 11 août

    Progression sans remise en cause vers Les Sables

    Une hiérarchie qui s'établie durablement ou simplement le temps de reprendre des forces pour se lancer dans la dernière bataille du golfe de Gascogne, c'est une après-midi plutôt statique en terme de classement que les 31 ministes en mer nous ont proposé. Ont-ils voulu aussi laisser les observateurs de Les sables Lesaçores Les sables prendre un peu de recul avant les jours et nuits d'arrivées aux Sables d'Olonne ?
    Le Suisse Simon Brunisholz 796-Mini Lab a fini par déposer les armes devant le doyen François Denis 518- so-boat pour la 11ème place Série. Au classement de 20h00, Jean-Marie Oger passait aussi le jeune skipper pour récupérer la 12ème place. La position du Mini Lab montrait un cap au nord (19°) et une vitesse à 3,6 nœuds. Espérons que c'était lié à une manœuvre plutôt qu'à un souci à bord.
    Dernière nuit en mer pour les premiers Prototypes. Avec près de 35 milles d'avance sur le deuxième Giancarlo Pedote 747-Prysmian, Nicolas Boidevézi - coureur au large 719-ImaginAlsace semble bien pouvoir rééditer la performance de 2012 : gagner l'étape et terminer deuxième au classement général. Crédité d'une bonification de 30 minutes pour s'être détourné auprès de Davy Beaudart 865-Cultisol pour lui parler un peu le jour de son démâtage et Michele Zambelli - Skipper 788-Fontanot sanctionné d'une pénalité de 13 minutes pour un plomb qui a bougé, cela donne une différence de 4 heures 17 minutes et 13 secondes sur la première étape (à l'avantage de l'Italien). Avec plus de 85 milles d'avance au classement de 20h00, ce déficit devrait être bien comblé, si les dernières heures en mer du skipper alsacien ne connaissent pas de coup de théâtre. L'organisation évoquait dans l'après-midi une arrivée du premier aux Sables d'Olonne entre 8 et 10 heures du matin. Grosse manœuvre attendue pour arriver aux Sables d'Olonne, Nicolas Boidevézi a empanné au milieu de l'après-midi. Ce soir, le Giancarlo Pedote ne l'avait pas encore imité. Par contre en tête des Séries Tanguy Le Turquais - navigateur 835-Terreal Rêves d'Enfance a initié le passage à tribord amure. Parmi les Prototypes, Ian Lipinski 866-Entreprise(s) Innovante(s) avait précédé l'Argo 6.50 tout comme son Ofcet 6.50 le devance toujours de quelques milles pour l'arrivée. Fidel Turienzo 304-Satanas en 6ème place et Maxime Eveillard 614-Loukkoum'Mama 7ème ont aussi changé de bord.
    L'un des principes de la course au large et que l'évolution des conditions météorologiques rendent "les riches plus riches", c'est à dire qu'elles avantagent souvent l'avant de la flotte. Avec les écarts qui se creusent continuellement entre les leaders et leurs adversaires c'est ce que l'ont pourrait penser, plus additionné aux petits ou grands bobos déjà annoncé ici ou là depuis le départ de Horta. Si comme le raconte les communiqués de l'organisation, Giancarlo Pedote disposant d'une bonne avance grâce à la première étape, a surtout miser à ménager sa monture en contrôlant pour se garantir les résultats au général et sur Championnat de France - Promotion - Course au large en solitaire 2014 (réalisant un doublé 2013-2014), un tel calcul paraît impossible en Série vu les écarts plus réduits. D'ailleurs il faudra bien enclencher les chronomètres aux passages de la ligne par Tanguy Le Turquais et Jonas Gerckens 821-Netwerk car cela pourrait se jouer à pas grand chose : il y avait 8 heures 7 minutes et 12 secondes à l'avantage du skipper belge après la première étape. Il faudra mieux activer la fonction chronomètre de son smartphone qu'en utiliser la calculatrice parce que la base 60 des minutes et des secondes est souvent source d'erreurs surtout quand la fatigue est présente après avoir veiller pour des arrivées.
    Avec 413 milles d'écarts entre le leader Proto et Nolwenn de Carlan 196-Reality qui ferme la marche à 590 milles de l'arrivée, il faudra bien trois à quatre jours pour que les 30 ministes encore à destination ce soir de la Vendée arrivent à bon port. Quant à Charles Boulenger 435-Foksamouille, il se destine plus logiquement vers un port espagnol. Avec un gréement plus optimisé (photo publiée par l'organisation provenant du bateau accompagnateur le Class40 de Lionel Régier), les pointages de vitesses sont passés à 4 voire 5 nœuds. Ce soir, il est à la latitude du cap Finisterre, et sa dernière position le donne à environ 320 milles du cap galicien.
    Pour suivre au mieux les arrivées, il y aura de mise à jours supplémentaires cette nuit et demain matin de la cartographie, annoncées par l'organisation pour 24h00 et 7h00 (heure française).


  • 10 août

    Nicolas Boidevézi ne faibit pas en tête

    Cinquième nuit en mer pour les 31 solitaires, dont 30 se dirigent encore vers Les Sables d'Olonne. Malgré les positions majoritaires stable lors de ce (seul ?) dimanche en mer, la messe est loin d'être dite sur cette édition 2014 Les sables Lesaçores Les sables. Même si à l'occasion de l'escale açorienne les Minis ont été bichonnés par leurs skippers, pour rejoindre la Vendée, il faudra au minimum accumuler 2540 milles et lors des derniers jours voire des dernières heures de course, toute petite casse pourrait prendre des proportions importantes avec la fatigue accumulée.
    Au cours de l'après-midi, Nicolas Boidevézi - coureur au large 719-ImaginAlsace a réussi une nouvelle fois à remettre à distance acceptable Giancarlo Pedote 747-Prysmian. Ces six milles d'écart ne constituent qu'une goutte d'eau à l'échelle des 1270 milles de cette étape retour et les 400 qui restent encore à parcourir jusqu'aux Sables d'Olonne, mais cela permet d'entamer une nouvelle nuit en tête du classement pour le skipper dont il s'agit de la première course en solitaire de la saison 2014.
    Les Ministes ont poursuivis leurs navigations sans remettre en cause la hiérarchie établie ce matin dans ses grandes lignes, les écarts s'accentuant souvent avec des vitesses un peu moins élevées à l'arrière de la flotte. Presque comme une anomalie dans cette quiétude dominicale : un vrai match-race a anime les classements qui se sont succédées. Peut-être que François Denis 518- so-boat et Simon Brunisholz 796-Mini Lab veulent ainsi rejouer le match France-Suisse du dernier Mondial de Football ? Ce soir si l'avantage est au skipper suisse qui occupe la 11ème place, les deux hommes présentent à la même distance au but (605,3 milles).
    Navigant peut-être plus en mode préservation du matériel, pour rejoindre la Vendée, qu'en mode exploitation du potentiel du voilier, Damien Audrain - En Mer a concédé une nouvelle place au classement, se faisant passer par son propre Pogo 2 le 745-Leonor aux mains d' António Fontes - Sailor. Le Français occupe donc ce soir la huitième place des Séries.
    Si Nicolas Boidevézi avait sur la route des Açores pu observer la côte galicienne en passant à l'est du DST Finisterre pour son option sud, pour retourner en Vendée c'est au large qu'il entrera dans le golfe de Gascogne. Ce soir il a passé le 12 ème méridien ouest et se trouve à environ 160 milles au nord-nord ouest du cap Finisterre faisant cap au 79°. Avec des vents plus faibles à la côte nord espagnole et de secteur ouest pour prévus la journée de ce lundi la tentation d'un passage à la côte ne devrait pas être répandue parmi la flotte, hors impératif d'escale technique.


  • 9 août

    Démâtage pour Charles Boulenger sur la route des Sables

    Comme attendu la nouvelle phase de course avec des vents soutenus a entraîné son lot de stigmates sur les voiliers certains réparables d'autres plus définitifs quand au devenir de la course du marin. La limite est souvent tenue entre la belle performance et la casse à bord. En fin d'après-midi, trois bonnes avaries ont été portées à notre connaissance. La plus "bénigne" a touché le skipper suisse Genolier 6.50 Health Transat / GSMN & Patrick Girod 824-Nescens, qui a évoqué un problème de safran mais n'a pas sollicité d'assistance et compte bien se débrouiller seul en mer et reprendre la course. Si Damien Audrain - En Mer 586-EPC Rêves de Clown a abandonné la deuxième place et pointait ce soir en sixième place avec un déficit de vitesse de plusieurs nœuds sur le reste des Séries aux avant-postes, c'est certainement en raison de la casse d'une de ses barres de flèches, qui fait peser un gros risque de démâtage en particulier lorsqu'il faudra empanner. Dernier mais non des moindre (last but not least), Charles Boulenger 435-Foskamouille montrait depuis le milieu de l'après-midi une allure très faible, grâce à l'arrivée d'un des quatre bateaux accompagnateurs à sa portée VHF a permis d'apprendre que le Pogo avait démâté. Le skippers qui a repris son boulot d'expatrié pensait attendre que les vents soient plus cléments pour se monter un gréement de fortune et profiter d'une nuit de repos avant de décider le port espagnol vers lequel se diriger.
    La bataille était bien intense aujourd'hui et il était certainement compliqué d'estimer avec justesse jusque où tirer sur la machine ne voulant pas abandonner le moindre dixième de mille. Damien Cloarec 833-ETF remonte à la deuxième place des Séries mais il semble compliqué de revenir sur un Tanguy Le Turquais - navigateur 835-Terreal Rêve d'enfance, solide leader qui a réussi à accumuler une avance de plus de 20 milles au début de cette quatrième nuit. Pas encore à la mi-course, beaucoup de choses peuvent bien entendu se produire, mais tout ce qui est pris n'est jamais perdu. La troisième place est ce soir occupée par Mini 755 - Armand de Jacquelot Enelos Communication, tandis que Jonas Gerckens se retrouve en quatrième place. C'est François Jambou 552-Kaïros qui complète le top cinq. Les écarts se sont creusés entre les concurrents au cours de cette troisième journée mais il reste tout de même de-ci de-là de quoi disputer quelques places au classement. Jusqu'aux derniers Séries, puisque Julien Bozollo 219-mariole.fr revient à portée de Daniel Zanardelli 402-Miss Dynamite avec un écart qui s'est réduit à 5,9 milles ce soir, et plus de 815 milles à parcourir pour les deux marins.
    En Prototype c'est l'image du roseau qui colle à la journée de Nicolas Boidevézi - coureur au large 719-ImaginAlsace. Si nous avons pu observer le 747-Prysmian de Giancarlo Pedote se rapprocher de plus en plus du plan Bertrand, avec seulement 2,6 milles d'avance pour l'Alsacien au classement de 14h00, c'est bien le "nez pointu" qui croisait devant le "gros nez" au cours de l'après-midi. Le skipper italien choisissant de poursuivre son bord direction sud-est, c'est encore 9 milles qui séparaient les deux premiers au dernier classement du jour. Derrière les écarts sont déjà conséquents et la hiérarchie n'a pas évoluée : Michele Zambelli - Skipper 788-Fontanot maintient sa troisième place, et en tant que Proto/Série Ian Lipinski donne le change dans une catégorie qui devrait ne plus être la sienne une fois l'Ofcet 6.50 homologué. D'ailleurs, c'est accroché en deuxième place Série virtuelle, qu'il a poursuit sa journée. Ce soir il fait partie des sept Ministes qui sont à moins de 700 milles de l'arrivée, groupe qui compte un seul Série, le leader Tanguy Le Turquai. La mi-course (635 milles) a été atteinte ce soir uniquement par les deux premiers Protos : Nicolas Boidevézi est à 616 milles des Sables d'Olonne, et Giancarlo Pedote à 625 milles. Nolwenn de Carlan 196-Reality compte 222 milles de retard sur le leader de la flotte avec encore 838 milles à parcourir jusqu'à la côté vendéenne.
    La bascule de vent de la journée, a permis à la plupart des Ministes de dessiner de belles ailes de mouettes sur la cartographie avec leurs trajectoires. Dans la nuit le vent va faiblir achevant sa bascule au nord avant de commencer sa bascule progressive à l'ouest. Il deviendrait alors nettement plus modéré voire léger aux abords des côtes espagnoles.


  • 9 août

    Deuxième rendez-vous musclé pour les Ministes

    Le vent est bien rentré comme prévu au cours de la troisième nuit de cette étape retour Les sables Lesaçores Les sables. Les skippers positionnés plus au nord bénéficient de vents plus forts mais aussi prennent plus de risques de casse pour leurs Minis 6.50. Cette option a permis à Tanguy Le Turquais - navigateur 835-Terreal Rêve d'enfance de trouver la recette de la poudre d'escampette. Au premier classement du matin, il comptait 9,9 milles d'avance sur le deuxième Damien Audrain - En Mer 586-EPC Rêves de Clown et 19,4 milles sur le troisième Damien Cloarec 833-ETF. Trois heures plus tard, ces écarts ont de nouveau augmenté à 15,9 milles sur le Pogo 2 et 21,9 milles sur le Nacira. Pour Giancarlo Pedote 747-Prysmian ce placement au nord, lui permet de récupérer la deuxième place du classement Proto en reprenant l'avantage sur Michele Zambelli - Skipper 788-Fontanot. Il revient même fortement sur le leader Nicolas Boidevézi - coureur au large situé une quinzaine de milles plus au sud. Ce matin, le Magnum était à 7,4 milles du plan Bertrand, un écart réduit au classement de 11h00 à 5,5 milles. Charles Boulenger 435-Foksamouille touche actuellement les dividendes de son placement nord, non seulement il a recollé en distance au but au groupe qui le précède mais il remonte aussi au classement. Flashé à 12,6 nœuds, la meilleure vitesse de tout la flotte à 11h00, il pointe en huitième place des Séries. Seul autre Série dont la vitesse dépasse les 10 nœuds, Mini 755 - Armand de Jacquelot Enelos Communication arrive à bien exploiter son Nacira dans ces conditions pour remonter à la sixième place à seulement 0,9 mille de la cinquième occupée par Jonas Gerckens 821-Netewerk et à 1,6 milles de la première marche du podium. Cela montre que la bataille reste intense sur le haut du tableau des Séries, avec quatre voiliers en 1,6 milles, cinq en 2,7 milles en incluant François Jambou 552-Kaïros septième, et huit en 12,5 milles jusqu'à António Fontes - Sailor 745-Leonor actuellement dixième.
    A l'arrière de la flotte, les écarts sont souvent plus importants mais cela n'empêche pas quelques évolutions au classement. Sandy Macpherson Sailing 583 a réussi à reprendre la 19ème place à Benoît Verbeke 663-Parc Régional Vallée de Chevreuse. Julien Bozollo et son Tip Top 219-mariole.fr est pointé à 8,4 nœuds et arrive à grignoter des milles pour se rapprocher de Daniel Zanardelli 402-Miss Dynamite : 11,6 milles d'écart à 883 milles de l'arrivée pour celui qui ferme la marche des Séries. Dans le milieu de la flotte, ce matin François Denis 518- so-boat récupère la 11ème place et Jean-Marie Oger 774-Acebi la 14ème.
    Seulement deux skippers sur les 31 ont décidé de tenter leur chance de l'autre côté de l'orthodromie (sud ou est), il s'agit de deux prototypes : Nolwenn de Carlan 196-Reality qui présente 189,9 milles de retard sur Nicolas de Boidevézi et se trouve à 902 milles de l'arrivée, et Fidel Turienzo 304-Satanas qui a abandonné la cinquième place Proto à Ian Lipinski 866-Entreprise(s) Innovante(s) ce matin. Pointé à 10,2 nœuds, l'Ofcet 6.50 récupère à 11h00 la deuxième place Série virtuelle qui s'était transformée en troisième place lors du premier classement du matin, grâce à une distance au but de 771,2 milles contre 775,7 milles pour Damien Audrain.
    Les conditions de vent soutenu vont accompagner les Ministes encore une partie de la journée, mais ce flux devrait s'échapper vers le golfe de Gascogne. Ainsi, le vent de sud ouest va basculer progressivement au nord, si les Minis restent au dessus de la route orthodromique. Si les prévisions se maintiennent, c'est un vent modéré que les concurrents vont trouver dans le golfe de Gascogne.


  • 8 août

    Le calme avant le coup de vent

    Pendant cette journée c'est les compteurs de vitesse des 31 Minis qui ont du se sentir au repos, abandonnant le chiffre des dizaines. Ce soir les prototypes de tête ont toujours dû mal à monter des pointages au-dessus des 5 nœuds. Seule exception à la règle, Ian Lipinski 866-Entreprise(s) Innovante(s), qui suit la stratégie des Séries, de faire cap à l'est ce soir, et affiche sur ce dernier classement une vitesse de 7 nœuds tous ronds. Le skipper de l'Ofcet 6.50 reste solidement en sixième place Proto et en deuxième place virtuelle des Série.
    Résoudre rapidement l'équation à deux inconnues, le cap et la vitesse, constitue le problème habituel du skipper, même quand il est virtuel. Si nous essayons de faire le point régulièrement sur la situation attribuant, ici ou là, quelques bons ou mauvais points, c'est vraiment qu'au bout de la course que la note est attribuée avec la ligne d'arrivée en correcteur principal.
    Un élément généralisé pour toute la flotte : l'abandon du chiffre des milliers ce soir pour la distance restant à parcourir. 857 milles pour le premier proto, Nicolas Boidevézi - coureur au large 719-ImaginAlsace et 997,8 milles pour Nolwenn de Carlan 196-Reality, qui occupe la neuvième place Proto et ferme la marche des 31 Minis, au classement de 20h00 ce vendredi.
    Que ce soit en Série ou en Proto, les deux leaders sont restés maîtres de la situation entamant la troisième nuit avec une avance assez analogue à celle du matin, même si derrière eux cela n'a pas arrêté de batailler. Le skipper Italien Giancarlo Pedote 747-Prysmian se retrouve dans une position qu'il n'a pas connu tout au long de cette saison 2014 en Mini : troisième place à près de 20 milles du premier. Il est précédé par son jeune concitoyen : Michele Zambelli - Skipper 788-Fontanot, âgé de seulement 24 ans, occupe ce soir la deuxième place, ravie dans l'après-midi, à 16,4 milles de l'Alsacien. Si Tanguy Le Turquais - navigateur 835-Terreal Rêve d'enfance a senti le souffre de ses poursuivants se rapprochant de son tableau arrière, ce soir il dispose de 5 ,1 milles d'avance sur Damien Audrain - En Mer 586-EPC Rêves de Clown. C'est une vraie ligue internationale qui a essayé de venir à bout du problème de la Dame Argo (nom de baptême du 835) : Portugais, avec Antonio Fontes 745-Leonor, Suisse, avec Genolier 6.50 Health Transat / GSMN & Patrick Girod 824-Nescens (ce soir troisième), Belge, avec Jonas Gerckens 821-Netwerk et Français, avec Damien Audrain, en jouant à un vrai jeu de chaises musicales sur le podium depuis ce matin. Ce soir c'est Damien Cloarec 833-ETF qui est prêt à sonner la charge en se replaçant en quatrième place à 6,5 milles de Tanguy Le Turquai. La pression est toujours dense, puisqu'ils sont six poursuivants directs à se tenir en 3,5 milles (en distance au but) et huit en 7,4 milles. La coupure avec le reste de la flotte semble plutôt nette, avec le dixième, Simon Brunisholz 796-Mini Lab à 12 milles du neuvième, Mini 755 - Armand de Jacquelot Enelos Communication.
    Dans la nuit, le vent va de nouveau rentrer et gonfler les voiles des Minis, orienté sud-ouest et touchant en premier l'arrière de la flotte. Les voiliers les plus décalés au nord de l'orthodromie toucheront des vents plus forts (prévisions une vingtaine de nœuds). Comment est-ce que les voiliers réagiront à cette nouvelle phase musclée, et est-ce que les marins, qui rentrent dans leur troisième nuit en solitaire, auront réussi à recharger les batteries ?


juillet, 2014

  • 29 juillet

    Nikki Curwen à Horta après 6 heures de pétole

    Les Açores est un archipel qu'il n'est vraiment pas évident à négocier pour rejoindre l'île de Faial située la plus à l'ouest du groupe central. Même en venant de la route orthodromique qui doit moins souffrir des dévents, Nikki Curwen Offshore Racing 741-Blue Project s'est retrouvé six heures scotchée par la pétole juste en approche de Horta.
    Sur le plan Fermin, racheté à son architecte/constructeur cette année, la navigatrice britannique signe une sixième place en coupant la ligne d'arrivée à 17h43min43s heure française. Au sujet de son Mini, elle souligne « J'en suis vraiment fière. C'est un excellent bateau, simple et fiable».
    Les sables Lesaçores Les sables est sa première course de catégorie A, n'ayant pas réussi à remonter au-delà de la deuxième place de la liste d'attente de la Mini Transat l'an dernier : « J'ai pris vraiment du plaisir, on a eu beaucoup de conditions météo vraiment différentes à gérer. Pour moi, c'est un excellent apprentissage avant la prochaine Mini Transat. J'avais du mal à anticiper les évolutions du temps, donc j'ai décidé de rester sur la route directe. Au final, ce n'était pas si mal.»
    La semaine à Horta de Nikki Curwen risque d'être assez studieuse : « J'espère en profiter, mais J'ai quelques bricoles à faire sur le bateau. Je dois réparer mes ballasts, c'est d'autant plus indispensable que le bateau a une quille fixe. Le rôle des ballasts est essentiel. Mais c'est un vrai plaisir de naviguer sur ce bateau.»



    Timeline Photos

  • 28 juillet

    Olivier Jelh cinquième Proto à Horta

    Pour une première course de catégorie A, précédé par des adversaires plus expérimentés au large, Olivier Jehl - Zigoneshi 629 a signé une cinquième place sur son plan Rolland qui lui connaissait le chemin puisqu'il a fait Les sables Lesaçores Les sables avec Louis Mauffret en 2010 (abandon en 2008).
    L'ingénieur qui depuis trois ans il se consacre totalement à la voile avait hâte de découvrir le large sur cette course qu'il aborde en premier lieu comme un bon entraînement pour la Mini Transat 2015.
    Peu après avoir coupé la ligne à 8h47min27s heure française, Olivier Jehl a fait part de ses premières impressions à son arrivée au ponton : « Je suis vraiment content. Pour une première grande course avec ce bateau, ça fait plaisir. On a eu des conditions plutôt bonnes.» Il a tout de même connu quelques petits problèmes : « Au cap Finisterre, j'ai navigué un peu bourrin et sur ces bateaux ça ne pardonne pas. Du coup, j'ai dû couper la drisse de spi. Une autre fois, j'ai été obligé de couper le point d'amure du spi médium. Le pilote n'était pas super bien calé, sinon pas de gros souci. »
    Donc pas de grosse réparation en vue pour le 629, Olvier Jehl attendait aussi de voir Horta avec curiosité "il paraît que l'escale est magnifique, passer quelques jours là-bas c'est cool".


    Mobile Uploads
    Olivier ghel, 5 ème proto en approche de la ligne